Non, cette fois je n’ai pas oublié une lettre dans un mot…

CacaoooooooooOOOOOOOOO!!!!!

Bon donc voilà, si tu ne le savais pas encore, maintenant tu sais que j’ai de gros soucis voyageant entre l’orthographe et les fautes de frappe… Et que j’ai beau relire 5x mes articles et avaler 4 à 5 livres par mois, je suis toujours surprise de ce que je parviens à écrire et ce, depuis mes 6 ans… Mais je te rassure, ma fille a une dictée par semaine. D’ici sa rhéto, je devrais m’améliorer…

Caprissu… Caprissun?…

“Envie de produits de qualité avec un max de fun? Alors bienvenue dans le monde unique de Capri-Sun! Cette délicieuse boisson aux jus de fruits, à l’emballage pratique & ludique, est idéale pour égayer le goûter de vos enfants!”

Aujourd’hui, je n’ai donc pas prévu un article sur le secret du Caprisun… Je n’ai absolument aucune idée de ce qui peut bien laisser penser à ces gens que de foutre un truc liquide dans un contenant tout mou, c’est pratique… Et encore moins, ce qu’il y a de fun ou ludique à essayer de décoller cette crasse orange de sur le pull ou les dents de nos bambins. Les mystères du Caprisun restent mystérieux à mes yeux. Enfin, à mes yeux… Mes yeux voient très bien, contrairement aux leurs… Jus de fruits? Ah oui…

Donc voilà, non seulement je fais des fautes “pas exprès”. Mais en plus, j’invente des mots. Les “caprissus” ou les tissus capricieux.

Les caprissus se sont ces tissus jolis agréables à porter qu’on adore acheter mais beaucoup moins coudre… Crêpe, mousseline, crêpe Georgette, satin,… La blouse fluide et féminine par excellence, elle est bien souvent dans un de ces tissus. Et moi, j’avoue qu’un grand paradoxe m’anime. J’aime la couture parce que je peux me faire des pièces uniques et vraiment à mon goût. Mais, j’aime tout de même bien que ce que je couds semble sortir d’un magasin. Le plan du “oui, il y a des défauts mais c’est artisanal…” : très peu pour moi. Je suis toujours très narcissique et fière de dire que “c’est moi qui l’ai fait” mais seulement si on ne le dirait pas. Tu me suis?

Un caprissu, ça glisse, ça ne reste jamais en place (surtout si ça boit trop de sucre…), c’est fragile, ça se crispe, ça te toise et ça peut aller jusqu’à te faire sortir de tes gonds. Apprendre à leur parler, c’est la porte ouverte vers la couture féminine et libre. Un modèle simple, c’est donc l’idéal pour tester un tissu capricieux.

Aujourd’hui, je vais te livrer un secret sur les caprissus. Ce secret, c’est un extrait de l’offre spécial “Un caraco Cacao sur mesure pour le Nouvel An”.

Cette idée de faire un projet couture à 4 mains, c’est une façon d’amener mon atelier et mes cours de couture jusque chez toi.  J’ai plein d’astuces en magasin et mon travail, c’est que tu parviennes au bout de ta couture en ayant passé un bon moment, en ayant appris des choses et en étant fière de porter ce que tu as cousu. Ce projet concret d’un “Nouvel An sur mesure”, c’est beaucoup de choses à découvrir et à utiliser dans bien d’autres projets couture. Comment bien aborder un modèle? Comment choisir le bon tissu? Comment t’assurer un vêtement sur mesure? Comment retoucher le patron? Comment travailler les tissus délicats?… Entre le patron, le guide, la vidéo, le groupe de qst-réponses,… c’est un projet d’accompagnement que je suis ravie de partager avec les inscrit(e)s. Mais, ce n’est pas le truc que je pourrai mettre en place régulièrement. Je ne le referai sans doute plus dans les prochains mois.

A saisir avant dimanche soir!

Tarif: 29€

Prêt(e) pour le secret?

Un des soucis avec les caprissus, c’est qu’ils supportent mal les nœuds à la pointe des pinces. Un nœud un peu trop franc, et c’est la grimace assurée…

COMMENT FAIRE DES PINCES DANS UN TISSU DÉLICAT?

Nous avons donc une pince dans un tissu crêpe et une machine à coudre. (Cette technique fonctionne pour tous les tissus délicats et pas uniquement le crêpe.)

Sur la photo, tu peux voir que j’ai mis des couleurs de fil différentes. L’objectif est pédagogique. Toi bien sur, tu choisis du fil de la même couleur que ton tissu.

  • Enlève le fil supérieur de ta machine pour ne garder que le fil inférieur qui vient de la canette.
  • Tire sur le fil de canette pour qu’il fasse plus ou moins 50cm.
  • Ce fil va faire le trajet du fil supérieur mais en sens inverse. Ici, je te montre le trajet sur ma machine. Il y a de fortes chances pour que le tien y soit relativement semblable. Sinon, garde en tête la consigne du trajet du fil supérieur à l’envers.
  • Passe-le dans la fenêtre de ton pieds à coudre.
  • Passe-le dans le chas de l’aiguille en allant de l’arrière vers l’avant. (Si tu as un petit ustensile qui sert à enfiler les fils, c’est plus facile…)
  • Passe le fil dans les crochets au-dessus de l’aiguille.
  • Fais le tour du releveur de fil (moi, j’appelle ça un perroquet parce que je trouve que ça ressemble à un bec d’oiseau.) Si tu ne vois pas ton perroquet, fait le sortir en tournant ton volant. Cette étape est parfois plus compliquée parce qu’il faut que le fil passe bien dans le trou du perroquet. Moi, je dois travailler avec le fil d’un peu plus loin en abordant le perroquet à l’endroit.
  • Remonte le fil pour le passer dans la tension de fil.
  • Et termine en allant jusqu’au porte bobine habituel.
  • Maintenant que le fil est passé partout comme s’il arrivait d’une bobine, tu vas pouvoir commencer à coudre.
  • Place la pointe de la pince contre le fil qui sort de la plaque sous le pied.
  • Descend l’aiguille à la main (à l’aide de ton volant) pour la piquer juste à la pointe de la pince.
  • Pique la pince.
  • Ta pince est donc cousue avec un fil unique. Il n’y a pas de nœud à faire à la pointe.
  • Et tu obtiens une pince parfaite sans grimace 😉

Maintenant, tu es un as des pinces dans les caprissus et tu as un aperçu de ce que réserve la formation qui commence lundi!