Poste édit : N’étant pas vendeuse de machine à coudre, je connais pas toutes les marques et références. Je ne pourrai donc pas répondre à des questions du type “J’ai vu une XXXXXXX n° xxxx, est ce une bonne machine ? Est ce que je pourrai coudre ceci avec cette machine ?” Si vous avez ce type de question, mieux vaut faire une recherche d’avis sur Internet ou vous rendre chez un vendeur de machine à coudre.

Vous avez envie de vous acheter une machine à coudre. Vous vous retrouvez face à un choix difficile: beaucoup de marques, beaucoup de modèles… Voici quelques conseils pour vous aider à y voir plus clair!

1. OU ACHETER SA MACHINE?

Je vous conseille vivement d’aller chez un vendeur de machines à coudre. Chez quelqu’un qui pourra vous conseiller, vous montrer comment fonctionne votre machine et vous assurer un service après vente.

ON N’ACHETE PAS UNE MACHINE AU SUPER MARCHE DU COIN! Je ne connais pas les enseignes françaises. En ce qui concerne la Belgique, n’allez pas chez Carrefour, Colruyt, Kreffel, Aldi, Lidle, Media markt ni Ikea. Je sais, le prix est attractif. Mais, vous risquez d’investir dans ceci: un moteur de mauvaise qualité, des pièces de rouage en plastique, une coque qui ne s’ouvre pas et donc une machine qui n’est pas réparable, zéro service après vente,… Alors même à 60€, cela reste de l’argent jeté par les fenêtres.

2. QUEL BUDGET PRÉVOIR?

Il existe de bonnes machines à coudre basique pour 250€. Une moyenne de 350€ me parait juste pour une bonne machine familiale avec des otpions intéressantes. Et bien sur, on peut monter beaucoup plus haut… Je sais, tout le monde n’a pas cette somme. Si vous êtes dans la dèche profonde et que vous n’êtes pas certaine que ce loisir vous plaira vraiment, allez fouiller le grenier de votre grand-mère. C’est impressionnant le nombre de vieilles machines qui dorment dans leur caisse. Il vous en coûtera juste un entretient. Sinon, jetez régulièrement un coup d’oeil aux ventes seconde main. Les anciennes machines sont bien souvent de bonne qualité. Les moteurs et les pièces étaient bien solides à l’époque. Alors, économisez: un anniversaire, un noël, une brocante et le tour est joué!

3. QUELLE MARQUE CHOISIR?

Une machine, c’est avant tout un moteur et des rouages. Choisissez une marque de qualité. Méfiez-vous des renommées d’antan. Elles ne sont plus toujours d’actualité… Je ne suis pas une grande connaisseuse côté marque. Je peux toutefois vous conseiller (marques récentes) Janôme, Brother, Pfaff, Bernina,… Il y a certainement d’autres marques à souligner. Faites des recherches sur les forum. Je vais juste vous déconseiller d’acheter une nouvelle Singer… Désolée pour celles qui affectionnent cette marque. Mais je constate que les nouveaux modèles posent beaucoup de soucis.

4. QUELLES OPTIONS PRIVILÉGIER?

4.1. Les points

Les points de base: Si vous débutez, vous vous demandez peut-être si vous avez besoin d’une machine full option ou pas? On a tendance à souligner la quantité de points que la machine peut faire. Sachez que la quantité minimum de points pour pouvoir coudre des vêtements pour sa famille est assez restreinte (point droit, zigzag, point stretch) et que toutes les machines actuelles les proposent. Acheter une machine qui ne propose que les 4 ou 5 points de base, c’est prendre le risque de se retrouver très vite frustrée. Acheter une machine qui propose 30 points de broderie si ce n’est pas votre objectif, ce n’est pas utile non plus. Tapez un peu entre les deux!

Les point de surjet: Une machine à coudre ne sera jamais une surjetteuse. Je n’ai jamais trouvé de réel intérêt à ces points…

Le points zig-zag pointillé (drôle de description mais tout le monde comprendra): il est prévu pour surfiler les tissus fins et travailler avec des élastiques.

Le triple point droit: un point bien costaud. Vachement utile pour coudre les entre-jambes de pantalons…

Les points de broderie: Ils sont décoratifs donc pas essentiels. Cela dit, c’est tout de même sympa d’avoir une machine qui offre une ou deux possibilités de déco.

 

4.2. La canette en haut ou en bas?

LA CANETTE EN BAS :

Avantages:

Perso, je préfère quand la canette se place en dessous. Sans doute par habitude. Mais aussi parce que l’enfilage est mieux coincé (ce qui évite toujours des soucis de couture) et parce que qu’on peut alors modifier la tension du fil de canette.

Inconvénients :

On doit se plier pour aller  placer la canette. Mais, je vous avoue qu’avec l’habitude, on peut le faire à l’aveugle.

Par contre, on ne voit pas sa canette se vider… Il arrive régulièrement que la canette soit vide et que l’on s’en aperçoive à la fin d’une couture hyper compliquée pur laquelle on s’était vraiment appliquée… Cela dit, de nouveau, avec le temps on connaît bien sa machine. On entend donc que la machine fait un bruit différent lorsque la canette est vide. Et on s’en aperçoit rapidement.

CANETTE EN HAUT :

Avantages :

L’avantage de la canette en haut est qu’il ne faut pas se plier en deux pour aller placer la canette. Et que l’on voit sa canette se vider.

Inconvénients :

L’enfilage ne tient pas toujours très bien selon les marques.

On ne peut pas changer la tension du fil de canette. Et si le vendeur vous dit qu’il n’est pas nécessaire de chipoter à la tension du fil de canette, c’est qu’il ne coud pas ! C’est certain, on ne chipote pas à cela tous les jours. Par contre, on peut avoir envie de mettre du fil élastique dans sa canette pour faire des smocks et dans ce cas, il faut lâcher un peu de tension au fil de canette.

4.3. La vitesse

Pour les débutantes, c’est un critère important! Commencer à coudre, c’est un peu comme commencer à conduire. On se retrouve avec un truc en main qu’on ne maîtrise pas tout à fait et on se laisse vite emporter par la vitesse. Pouvoir coudre à vitesse réduite, c’est très rassurant pour les débutantes. C’est aussi très confortable dans des moments délicats même lorsqu’on est confirmée. Je vous conseille donc d’essayer vous-même votre future machine et de vous assurer que la pédale est suffisamment sensible à votre goût.

4.4. Le décalage de l’aiguille

Sans rentrer dans des explications techniques, il est nécessaire de pouvoir décaler l’aiguille à coudre pour surpiquer. Au pire, vous ne pourrez la décaler que d’un côté et d’un seul cran. Au mieux, vous pourrez la décaler des deux côtés et de plusieurs crans. Evidemment, cette dernière option se paye… Alors nous dirons que le minimum de confort est qu’elle se décale des deux côtés même si ce n’est que d’une seul cran.

4.5. La boutonnière en combien de phases?

C’est une question difficile…

En 4 phases, vous comprendrez mieux la logique de votre machine et serez plus autonome en cas de pépins. Et des pépins sur des boutonnières quand on débute, ça arrive assez régulièrement…

En 1 phase, c’est très confortable. On ne doit pas penser à grand chose. Mais du coup, on ne comprend pas toujours pourquoi ça bugg… Et on peut beaucoup s’énerver sur son mode d’emploi ;-).

Le top, c’est une machine qui a une “mémoire”. C’est à dire qu’elle fait des boutonnières d’une longueur égale tant qu’on annule pas sa mémoire pour en enregistrer une nouvelle. Mais de nouveau, cela a un coût…

 Quoiqu’il en soit, avant de l’acheter, demandez à essayer votre future machine.

5. QUEL MODÈLE CHOISIR?

Je vous le dit tout de suite, je ne suis pas sponsorisée. Je ne connais pas tous les modèles et toutes les marques. (Donc, inutile de m’envoyer un mail avec des références de modèles, je ne pourrai pas vous aider.) A l’atelier, je vois passer ces deux modèles que je trouve très bien: Janôme DC4030 et Brother innovis15. Personnellement, je couds avec une Bernina 350 dont je suis ravie.

6. MES BONNES ADRESSES EN BELGIQUE

Mr et MMe Coomans à Waterloo – vente et entretient / Bernina à Bruxelles / Stecker à Bertrix / Espace machine à coudre à Bruxelles / Stragier à Nil-st-Vincent / Sacodel à Bruxelles

J’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair. N’hésitez pas à me laisser vos commentaires.