Peut-être as-tu remarqué que depuis quelques mois, je suis attentive à écrire les articles du blog pour un public mixte. Si j’y prête une attention particulière, c’est parce que depuis 2 ans, Daniel suit les cours de couture à l’atelier.

C’est encore assez rare chez nous pour être remarqué. On voit bien, de-ci de-là, un peu de testostérone dans les magasins de tissus ou dans des émissions dédiées à la couture. Mais malgré ces pointes de mixité, je trouve le sujet encore un peu timide. Je donne cours depuis plusieurs années à une quarantaine d’élèves par semaine. Daniel est le seul homme qui se soit inscrit à l’atelier…

L’an dernier, je me souviens avoir reçu un coup de fil à la rentrée. Une dame appelait pour son époux qui pensait à l’idée de suivre le cours de couture. Il y avait de la crainte dans ses questions et elle m’a clairement demandé si un homme pouvait suivre le cours. Ce monsieur ne s’est finalement pas inscrit. C’est dommage…

C’est la fin de l’année et c’est aussi l’occasion de vous présenter Daniel. Son témoignage montre que la couture est une activité mixte. ” Alors, Monsieur de l’an dernier, ne soit pas gêné de te lancer !”

Bonjour Daniel. Raconte-nous : qui es-tu ?

Je m’appelle Daniel et j’aurai 53 ans cette année. Je suis enseignant et conseiller en prévention dans une école à Bruxelles. Ces fonctions me plaisent énormément. J’ai fait 15 ans de cours du soir et de nombreux métiers qui m’ont apporté beaucoup d’expériences : ambulancier, formateur à la Croix-Rouge, … 

Je suis marié et nous avons 3 enfants. Une fois par semaine, en famille, nous pratiquons du thaï-jutsu.

Un jour, ta femme m’a contactée parce qu’elle souhaitait t’offrir un cours de couture pour la fête des pères. Tu conviendras que ce n’est pas habituel comme cadeau pour un homme 😉 Qu’est-ce qui lui a fait penser que ce cadeau te ferait plaisir ?

Lorsque j’étais tout jeune, je regardais ma grand-mère coudre. À l’école, nous étions obligé de suivre des cours de couture, de tricot et de crochet. Ceux-ci ne m’ont jamais déplus.
Très vite, j’ai raccourci mes pantalons à la main. Je m’amusais à reprendre les chaussettes trouées pour aider ma maman. J’ai toujours aimé la couture, je suis incapable d’expliquer la chose.

Un jour ma femme me dit : ” Mon chéri j’ai choisi ton cadeau pour la fête des papas. J’espère que cela te plaira…”. Le jour venu, mes 3 garçons m’ont apporté une enveloppe sur laquelle il était écrit “Inscription pour un cours de couture durant une année scolaire”. Au début je croyais que c’était une blague, car jamais je n’aurais pensé à pareil cadeau. J’ai immédiatement rassuré mon épouse. Ce cadeau était une merveilleuse idée et il me faisait énormément plaisir.

Tu te souviens de ton 1er cours ? (C’était en septembre 2015) Qu’est ce que tu t’es dit ? Comment as-tu vécu le fait de te retrouver dans un cours exclusivement féminin jusqu’alors ?

Lors de mon premier cours, je me suis rendu compte que j’étais le seul homme. Je n’ai pas été impressionné, que du contraire. Je me suis très vite senti à l’aise.
Je me suis dit qu’elles auraient certainement trois longueurs d’avance sur moi, mais cela ne m’inquiétais pas: je sais m’adapter.

Comment te sens-tu à ce cours ? As-tu trouvé ta place ?
Je me sens comme un poisson dans l’eau ! Je n’ai pas vu ces 2 années passer. J’ai trouvé ma place au milieu de ces femmes très charmantes. Elles ne m’ont jamais fait de remarques négatives. Si c’était à refaire, je recommencerais.

L’ambiance correspond à mes attentes. C’est amusant de me joindre aux discutions typiquement féminines. Parfois je les fais rire avec mon parcours professionnel et mes nombreuses activités disparates mais qui me servent dans la vie de tous les jours. Nous sommes un petit groupe et nous nous entraidons. Ce soutien est un vrai plaisir. Je me sens dans une petite famille où nous sommes tous là par choix personnel. 

Comme dit ma femme quand je pars au cours : “Amuse-toi bien !”

As-tu trouvé ce que tu venais chercher au cours?
Mon bilan de ces deux années est très simple : je suis un homme très heureux d’avoir reçu ce cadeau. Mon regret c’est que 2 heures par semaine : c’est trop court, cela file trop vite !

Thia, tu es toujours disponible avec un calme et une positivité constante. En tant qu’enseignant, tu es vraiment à la hauteur. (Merci Daniel…)
Je sais que je t’appelle souvent avant de faire des erreurs ou pour éviter de découdre. Je n’ai aucune gêne pour te poser des questions et je ne me sens pas idiot.
Tu nous as proposé des projets progressifs en difficulté. On pourra réutiliser les techniques vues dans d’autres projets. Le pantalon de pyjama que nous avons fait m’a aidé à faire mon pantalon de costume. La veste faite un 1er année m’a aidé à me faire un manteau cet hiver. J’ai pu coudre une blouse en soie pour ma femme (non sans difficultés) et une jupe pour une collègue. Je suis très fier d’avoir pu progresser et de porter mes réalisations. Mon regret est que j’aurais aimé faire ces cours avec mon épouse mais notre organisation familiale ne nous le permet pas…

Quand tu dis que tu suis un cours de couture, comment réagit ton entourage?

Quand je dis que je suis un cours de couture, certains pensent que je leur fais une blague. Je leur confirme que mon propos est extrêmement sérieux.
Mes élèves me disent « Vous déconnez ou c’est vrai ?». Naturellement que c’est vrai !

Parfois ils me demandent si j’ai cousu ce que je porte.
Beaucoup me disent que c’est cool de pouvoir se confectionner des vêtements.
Avant, je n’osais pas dire : ” C’est moi qui l’ai fait.”… Mais maintenant je suis moins timide, et j’ai moins peur de le dire. Les réponses sont : « Non, c’est toi qui l’as fait ? On dirait que cela vient du magasin. ». Pour leur prouver que c’est moi qui l’ai fait, je leur montre les traces faites avant la découpe et les fils que j’ai oublié de couper 😉

Est-ce que tu couds à la maison ?

Pour l’instant, la charge de travail que j’ai et l’infrastructure de la maison ne me permettent pas de coudre le soir.

Ma femme et moi souhaiterions créer ensemble une gamme de produits utiles et de vêtements, à petite échelle. Nous avons déjà une idée de marque : “les fils de Saïgon”. C’est ma femme qui a eu cette idée; en rapport avec nos fils, les fils à coudre et mes origines vietnamiennes. Mais pour le moment, la couture doit rester un plaisir, et non un « travail lucratif ». Après on verra bien…

Dernières question à 2 bales… Est-ce que la couture est réservée aux femmes ?

NON ! La couture est pour tout le monde.

On retrouve beaucoup de noms d’homme dans la haute couture. On trouve des hommes dans les ateliers de couture. Cela démontre bien que la couture peut être abordée par les hommes. C’est une activité mixte, et non réservée à la gente féminine. Il est un fait que plus de femmes ont bon goût pour l’harmonie des couleurs et des styles. En ce qui me concerne, je ne me sens pas femme et je fais de la couture.
Je pense qu’il faut supprimer ces clichés inexacts et qui n’évoluent pas avec le monde moderne. Aujourd’hui on trouve des femmes ingénieurs sur des chantiers de construction, des camionneuses, etc. Quand j’étais au cours du soir pour être électricien, nous avions une femme dans l’équipe et de surcroit elle avait plus de 50 ans.

Merci Daniel : pour ton témoignage et pour la touche originale que tu apportes au cours.

Il reste deux places au cours en soirée pour l’année 2017-2018. Messieurs, si vous en avez envie, foncez !